saint valentin logo


Pas ni rumède contre lan mou !


femme noire

Non pa ni rumède contre lan mou,
quand deux mounes bien inmin yo.

Afi cé en ti fi qui joli con en ti
cœur ; toute bodzè obligé tounin tête
quand i ka passé, autant pou fôme li
que pou man-niè agassant ï. Mé, en
seule moune i inmin cé Robert, en ti
cultivateu, jeune-nhomme sérieu et bon
travailleu. I ka man-yen rou kon pani.
Afi assuré mangé, minme sans lan morue.

I ni an proverbe créole ki ka dit :
« ça ou pa lé rouè douvan la potte ou,
cé ça ou ka rouè en fond chambe ou ».
Manman Afi, man Théodô, pas lé ten-ne
palé du Robert. I pas lé ça tout bonnement ;
i défen-de Afi ni palé, ni prend ayin en
len min ï. Man Théodô cé beau
fait ça i lé, Afi pas ka démode, i pas ka
ten-ne ça, cé li ki Adi-di… Enfin en jou
i consenti à ce que gaçon-a vini bô
case li.

An jou, Robert té ni en belle régime
figue Frécinette. Premier lidée-ï cé
mangé ça, deuxième lidée-ï cé potté ï
ti cabresse-là. Enfin va pou la [fèto],
i rivé case man Théodô épi régime figue
là. Rouè Man Théodô rouè figues, toute
cô-ï en lè, bouche-li ka coulé passé la
fontaine Gueydon. Afi aussi. Mais comme
manman ja défen-de iche prend ayen en
lan main Robert, ni yonne, ni lotte pas
foutu mandé en ti figue.

coeur de la saint valentin

 Pendant la conversation, figue ka
jouré manman tous les trois. Robert fait
Afi avancé côté ï, i pluché en pitit, i
présenté ï bô bouche Afi en disant
« mangé, ma chérie ». Ti mam’zelle-là
gadé manman ï, i répon-ne, épi en
soucoué tête « on on, moins palé »
Floupe Robert valé figue-là ; en deuxième
« on-on moins palé » Floupe, en dudans,
en troisième, floupe, en dudans, suite en
suite, toute figue là passé conça. Quand
jeune homme là lévé en ni bâton a, ça
yo ka crié totote figue-la qui té resté.

Man Théodô douboute, i coumencé
gratte cô-ï, épi i dit : « Foute cochon à
vorace, moins pas lé ï fouté pied - ï bô
case moins, ou ten-ne Afi ! Çé ça moins
té save ki fait moins té défen-ne ou té
prend ayen en lan min salaud a !

Afi metté deux lanmains assou côté i
épi i dit :

— Manman ou palé rouè Robert ?

— Non foute !

— Eh bien ça moins ké fè épi régime

là moins ja valé a ?

— Man Théodô tombé l’état. Quand
deux jours après i rouvè zié-ï ce Robert
i rouè bô tête-li. I poussé en soupir épi
i dit : « Ça za con ça, quitté ça con ça,
ca ou lé fè !

Jôdi tous lé matin, man Robert, ka
prome-nin ich-li à la fraicheur. Toute
moune content…

Mi cé con ça, parfois, du en grand
mal ké né en grand bien.

Le Clairon 1939 (Martinique)







Bookmark and Share