saint valentin logo


Saint-Valentin: nos trucs pour attiser ou tuer l'amour

chocolat de la saint valentin

L'amour, qui est enfant de bohème comme chantait l'autre, ne se commande guère. Mais se laisse gentiment réchauffer à l'occasion. Vous voulez voir valser la flamme du désir dans la pupille du conjoint? Quelques suggestions...

Les dope-l'amour

Allure. Une touche de classe est toujours bienvenue. Mais point trop n'en faut. Jouez les compositions vestimentaires recherchées, mais sans être pour autant hyper sophistiqués; c'est la journée de la Saint-
Valentin, pas celle de votre mariage!

Pour ces dames, une robe ou une jupe avec un joli haut décolleté (soie de préférence), le tout porté avec des talons, feront l'affaire. Pour ces messieurs, un beau costume fera toujours son effet. La cravate n'est pas nécessaire. Quant à la chemise, selon la saison, on peut la remplacer par un t-shirt mode, voire un pull-over à col roulé de couleur sobre et unie, c'est plus chic. Enfin, si le chic est souvent sobre, n'hésitez pas, en revanche, à vous «lâcher» sur les sous-vêtements, surtout vous, Mesdames...

Ambiance. Zizique moelleuse, lumières douces, température confortable et propos aimables; pour une fois, votons pour le réchauffement climatique.

friandise de coeur

Cadeaux. Tout est permis, même les fleurs. Mais de grâce, sauf si elle/il aime particulièrement les roses rouges, faites preuve de fantaisie! Camélias et marguerites pour souligner sa beauté, jasmin pour un amour voluptueux, lilas pour les romantiques... Le choix est vaste. Messieurs, vous pouvez aussi préparer le repas de la Saint-Valentin!

Compliments. L'ego ne se logeant pas bien loin de l'entrejambe, sachons flatter en douce. Mais point trop n'en faut. Nul n'a envie de coucher avec une carpette.

Ecoute. Il faut aussi savoir boire les paroles de l'autre comme s'il s'agissait d'un grand cru. Humain bien écouté est à moitié déshabillé.

Expression. Ce point découle naturellement du précédent. Savoir s'exprimer est important. Cela concourt à bien se faire comprendre de l'autre, en l'occurrence, bien lui faire passer le message qu'il/elle vous plaît. Mettez-en avant ses qualités et sachez rire ensemble des défauts de l'autre. Messieurs, rappelez-vous que les femmes aiment les voix masculines et douces, c'est-à-dire profondes et suaves à la fois. La parole doit être posée et son débit plus ou moins lent (effet rassurant).

Humour. Le rire procure du plaisir, détend et flatte. L'humour donne de la légèreté à la vie! Femme qui rit est déjà à demi conquise, dit-on. Si vous racontez une blague, assurez-vous de vous en souvenir pour éviter le flop! N'hésitez pas à mettre en scène vos petits malheurs quotidiens, mais sans en rajouter. L'effet d'une plaisanterie de mauvais goût peut être dévastateur...

Ivresse. Vin blanc liquoreux ou cocktail de mangue parfumé d'une goutte d'huile essentielle d'ylang-ylang: voilà qui est annonciateur de romantisme! Et pourquoi pas en profiter pour citer le peintre et poète chinois Chu Ta: «Toutes fleurs exhalent leurs parfums/Toutes feuilles servent de coupes à boire/Une vie dure cent ans: que faire sinon s'enivrer?/Déjà coule à flots le vin nouveau couleur d'ambre...»

Poème. Si vous avez l'âme du/de la poète(sse), laissez aller votre plus belle plume sur une carte. Quelques lignes suffiront pour dire ou rappeler à l'autre tout l'amour que vous lui portez. Sinon, la littérature regorge de textes ad hoc. Sortez des sentiers battus, et pensez à la poésie chinoise ou perse.

Repas. C'est une évidence: la chère (bonne) appelle la chair (le péché). Privilégier les mets élégants à l'oeil et légers au bidon. Délicatement épicés, si possible. On engloutira une fondue aux merguez une autre fois.

Pour une peccadille, la plus romantique des soirées peut tourner à la bérezina polaire. Un détail vestimentaire. Une odeur de pied. Un mot déplacé. C’est que, voyez-vous, le processus voluptueux est une alchimie délicate où rien ne doit grincer. Traquons le grain de sable.

Les tue-l’amour

Ail. Il est de notoriété publique que ce bulbe exquis procure à ceux qui l’engloutissent une haleine de vieux fennec. Idem pour le café en surdose, la cigarette ou l’oignon frais. Mieux vaut donc éviter d’avaler une brandade avant un rendez-vous galant. Notez que si les deux tourtereaux s’aillent de concert, il n’y paraîtra rien. Mieux, la gousse partagée s’avère, dit-on, propice aux rapprochements canailles.
Chaussettes. C’est la marque de fabrique du mâle suisse-allemand. Mais passé la Sarine, la socquette de tennis blanche et le mocassin verni font très mauvais ménage. On rappelle aux filles que le mollet portant la trace d’un mi-bas trop élastiqué, ça vous frigidifie une armée en campagne.

Conversation. Le bla-bla peut être un redoutable antiexcitant. Gags lestes en cascade et commentaires sportifs pour ces messieurs, babil sur la mode et histoires de copines pour les dames, sont à ravaler. Tout comme la péroraison vaniteuse (moi je), la référence appuyée
à l’un des parents (maman,elle fait la meilleure choucroute de Vernier) ou l’autoapitoiement appuyé (je suis moche, je suis grosse, je suis nulle). Remarquez, le silence craint aussi.

Dessous.
Au chapitre lingerie, la liste est longue et non exhaustive: l’effilochée d’élastiques grisâtres; la culotte plus haute que large (pour elle);
le string (pour lui) et le caleçon aux motifs de Tinounours et Gros-Minet (toujours pour lui).

Jupe-culotte
. Accessoire vestimentaire inventé un jour par une femme qui voulait dormir tranquille.

chocolats de la saint valentin

Maquillage. Le grimage est affaire de clowns. A trop user de fond de teint, l’amour sans naître s’éteint.
Manières de table. Comment se comportera au lit ce garçon qui bâfre la goule grande ouverte en faisant des bruits de chasse d’eau? Voilà une question que l’on a tout intérêt à ne pas susciter.
Marcel. Appelé aussi débardeur. Se trouve encore, et c’est fortement regrettable, dans sa version filet. A n’utiliser que si le contenu remplit le contenant.

Pellicules.
La pluie de micrométéorites blanches qui s’échappent du crâne a de puissants effets dissuasifs. Dans un autre genre chromatique, on tâchera de tamiser cette irruption de points noirs qui transforme votre pif en coccinelle.

Poil.
La touffe noire jaillie de la narine, de l’oreille, voire de la chemise entrouverte (avec gourmette) n’est pas forcément sexuellement engageante. Côté aisselles et maillot, les goûts divergent.

Regard oblique.
Messieurs, ne reluquez jamais une croupe qui passe lors d’un dîner avec une demoiselle convoitée. Elle en prendrait ombrage.

Sueur.
«Aisselle qui dégouline, adios la concubine», dit un proverbe chinois.

Taille basse.
La petite bouée de chair fraîche qui déborde de votre pantalon c’est à vous? Dommage.

Tics.
Le grattage de nez intempestif, le gloussement mécanique, le curage de narine (suivi de la dégustation du butin), le grignotage des ongles et autres gestes involontaires assurent d’ordinaire un dodo solitaire.

Training.
Ma couleur est noire ou vaguement grise. J’enserre la cheville et je bouffe sur le mollet. Je laisse la fesse tomber aux genoux. Qui suis-je?

Voiture.
T’aimes faire vrombir ton moteur? Tournicoter autour des ronds-points à 120 km/h? Ecouter du hard sur l’auto radio en tripotant la queue-de-rat pendue au rétroviseur? Ben, t’es probablement le seul.








Bookmark and Share